05 mars 2006

8_picture22J

JOHN MAYALL  Le père spirituel du blues moderne

Au Pays Du Blues http://bluesland.zikforum.com/sutra1871-John-Mayall.htm

John Mayall a toujours pas mal d'allure en septuagénaire chenu (on peut rappeler qu'il est né en 1933 dans les parages industriels de Manchester) et, quarante ans après le premier enregistrement qu'affiche sa discographie officielle (John Mayall plays John Mayall), le compagnon de route de Clapton assure encore superbement avec ses Bluesbreakers dernière couvée, sous un titre nous renvoyant aux grands espaces des chevauchées mécaniques dans le genre des anges à gros cubes ou des routiers de l'Ouest burinés par les pluies acides …

Le départ (Road Dogs) se fait en déménageuse à gros pneus et suspension rythmique binaire, guitares flambantes et litanie d'introduction du vieux loup de terre, « destination partout ». Tout de suite après, avec relents autobiographiques de sale gosse chialant le blues à l'instar de papa, Short Wave Radio enchaîne avec du Mayall de pure filiation, saluant Muddy Waters au passage de sa démarche chaloupée ; et la virée va faire alterner, ensuite, les climats sucré-salé, les tonalités rock-blues-folk (So Glad ou Forty Days, entre autres) et les vraies ballades lyriques (To Heal The Pain, avec sa touche country) ou plus dramatiques, comme le somptueux Beyond Control, avec une palette de sons que les jeunes loups à dents de lait devraient envier au magistral vioque …

John Mayall et les Bluesbreakers Road Dogs Eagle

78

On lui souhaite encore beaucoup d'anniversaires comme ça, 31 décembre 2004

Commentaire de : P-henri Thoreux (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 REVIEWER)    (REAL NAME)   
John Mayall est un artiste extrêmement attachant. Un immense bonhomme à qui l'on doit notamment d'avoir instillé l'acidité et l'émotion du Blues dans la pop et le rock anglais. D'Eric Clapton à Peter Green, d'Alvin Lee à Jimmy Page en passant par Keith Richard et j'en passe, tous les grands ont été sensibles à son influence.
A soixante-dix ans Mayall n'a rien perdu de son ardeur juvénile et de son enthousiasme communicatif. Et ce concert, superbement enregistré et filmé en est le vibrant témoignage, dégageant une pêche d'enfer.
Au clavier, à la guitare, à l'harmonica ou encore au chant c'est une vraie jubilation.
Les amis partageant avec lui ce beau moment d'émotion sont à l'unisson du maître. Une petite réserve au sujet d'Eric Clapton qui ne donne pas l'impression de donner tout le jus dont il est capable. Surtout par comparaison avec Buddy Whittington qui fournit à ses côtés une prestation particulièrement fluide et inspirée. Quant à Mick Taylor, il se déleste mine de rien de quelques sublimes riffs exécutés avec autant de précision que de feeling sur sa bonne vieille Gibson. On en redemande.

Posté par mammouth à 17:42 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur J JOHN MAYALL Le père spirituel du blues moderne

    Bannière

    Bonsoir,

    Bien content de voir qu'on parle de ce grand musicien qu'est John Mayall !

    Et même si je te remercie de mentionner mon forum j'aurais apprécié que tu me demandes la permission d'utiliser sa bannière avant de t'en servir.

    Sans rancune et amicalement

    Jungleland

    Posté par Jungleland, 16 mars 2006 à 20:13 | | Répondre
Nouveau commentaire